Découvrir Neuville Patrimoine Le château Le Château au fil des siècles
Le Château au fil des siècles
Index de l'article
Le Château au fil des siècles
2ème partie
3ème partie
4ème partie
5ème partie
6ème partie
7ème partie
Toutes les pages

Les archives du château, déposées aux Archives départementales du Val-d'Oise en 1980 par Monsieur et Madame d'Harambure, éclairent par leur contenu l'ensemble de l'histoire du domaine et des familles.

Avant la Révolution, nous sommes en présence d'une institution d'Ancien Régime - la seigneurie de Neuville - constituée d'un domaine avec métairie, puis manoir et droits seigneuriaux.

Après la Révolution, nous relatons l'histoire d'un domaine équivalent à l'ancienne seigneurie amputée de ses droits seigneuriaux, et celle des grandes familles successivement propriétaires du château.

Aussi loin que nous puissions remonter, c'est à la famille Deliès de Pontoise, descendant des Valois et même de la famille de Charlemagne qu'appartenait en 1099 la seigneurie de Neuville.

Amaury II Deliès, seigneur de Neuville, se fit religieux à Saint-Martin de Pontoise, du vivant de Saint Gautier, fondateur de l'abbaye.

Amaury II Deliès avait une sœur appelée Agnès Deliès de Pontoise. Elle fut la seconde femme de Bouchard de Montmorency et c'est à cette occasion que Neuville bascula entre les mains des Montmorency. C'est de cette époque que date la constitution de la baronnie de Conflans, longtemps entre les mains des descendants de Bouchard. Neuville, Eragny et Ham qui y étaient attachés, en supportèrent toutes les vicissitudes.

La seigneurie de Neuville fut sans doute possédée par la suite par des bourgeois de Pontoise, peut-être apparentés aux Deliès. Cette seigneurie reçut probablement le contre-coup de l'occupation anglaise pendant la guerre de Cent Ans sans que nous puissions assurer que celle-ci bouleversa les droits des seigneurs de Neuville.

Ce n'est qu'après cette occupation vers 1360 que nous voyons la seigneurie de Neuville possédée en partie indivisément chacun pour moitié par Jehan de Saint-Ernoul et par le chevalier Jehan de Crécy.

Le 26 août 1381, Jehanne de Rhus rend foi et hommage à Monseigneur Charles de Montmorency, baron de Conflans, pour certains héritages relevant de la dite baronnie et qu'elle avait achetés de Jehan de Saint-Ernoul et d'autres détenteurs.

Dans le même temps, Michel Ababos, bourgeois de Pontoise, rend aussi foi et hommage à Monseigneur le baron de Conflans pour ce qu'il tient de lui en plein fief à Neuville, quantité de parcelles de terre et l'hôtel du fief, le jardin et un arpent de vigne derrière.

Comment et pourquoi les fiefs possédés par Jehanne de Rhus et Michel Ababos sont-ils devenus la propriété de Henry d'Ennery le 18 juin 1453 ? Nous l'ignorons, toujours est-il qu'il succéda à Michel Ababos dans le fief de Neuville, et qu'après lui ce fut encore un bourgeois de Pontoise, Nicolas Thude qui, par sa femme, en devînt seigneur.

Thibaut Thude, fils et unique héritier de Nicolas Thude, a rendu foi et hommage pour la seigneurie de Neuville le 18 décembre 1473 à Monseigneur Nicolas d'Anglure, baron de Conflans.

En 1484 Thibaut Thude étant mort, ses enfants sont possesseurs indivis de la seigneurie de Neuville puis Nicole Thude, mariée à Estienne Guibert, contrôleur à sel au grenier de Pontoise, resta seule en possession de la seigneurie.Au décès de Nicole Thude, ce fut un de ses enfants, Claude Guibert qui lui succéda comme seigneur de Neuville.

Par sa mort en 1538, il laissa ladite seigneurie à ses 5 enfants qui l'abandonnèrent à leur frère Jean Guibert jusqu'à sa mort en 1560, sans postérité.

Ce fut alors Étienne Guibert, son frère, avocat au parlement, notaire et secrétaire du Roi qui devînt propriétaire de la seigneurie de Neuville. De lui, elle passa à sa fille Philippote Guibert, décédée sans postérité en 1591.

L'ancien hôtel du fief de Michel Ababos, le manoir de Neuville, fut reconstruit par les Guibert, et l'aile du château en retour sur la rivière, qui longeait l'ancien chemin du bac, est sans conteste l'œuvre de l'un ou l'autre membre de cette riche famille de bourgeois de Pontoise.

Ce fut à Louise Guibert, sœur du défunt Étienne Guibert et épouse de Louis de la Grange, que la seigneurie échut. De là vint l'installation à Neuville de cette famille de la Grange dont les descendants plus ou moins illustres occupèrent le château de Neuville jusqu'en 1775, c'est-à- dire pendant plus de deux cents ans.

En 1614, c'est Innocent de la Grange-Trianon, fils de Louise Guibert et de Louis de la Grange-Trianon qui possédait la seigneurie de Neuville.